King Crimson : "Islands", l'inclassable...

King crimson est un groupe Anglais né en 1969. Robert Fripp, guitariste, en devient vite le leader. Rien ne me permet d'affirmer cela catégoriquement mais son nom apparaît sur tous les albums contrairement à ceux des autres musiciens qui semblent jouer à la chaise musicale, hi, hi...

Les "crim..." jouent du rock progressif. Qu'est-ce c'est-y qu'ça ? Ben, sais pas trop : une sorte de "rock théâtral" avec de grandes envolées "lyriquo-instrumentales", (les Maîtres dans le genre furent les Genesis, Gentle Giant et autres Yes, tous Britanniques... Bien sûr, cette mini liste est loin d'être exhausyive...) des sons soignés, innovants, à la pointe de la technologie. Le rock progressif ne cherche pas à "faire danser" ni à faire bouger la tête dans tous les sens avec des longs cheveux dessus mais plutôt à installer des ambiances, des atmosphères. Beaucoup de ses compositions relèvent également de la musique dite "planante" à l'instar des Pink Floyd et autre Tangerine dream (liste également non exhaustive...)

Mais revenons à nos King. D'après Wikipédia, leur album : "In the court of the Crimson King" est considéré comme l'un des albums fondateurs du rock progressif. Il est vrai qu'il s'agit du plus connu... Les puristes ne jurent que par "In the court of..." Cela m'a toujours étonné. L'album est sympathique certes, psychédélique (l'époque épique s'y prête) mais, cependant, ce n'est pas mon préféré. Non, moi, je préfère : "Islands", sorti en 1971. Une curiosité dans le monde du rock progressif ! Une pépite ! Un chef d'oeuvre !

P1080177

Une oeuvre d'Art comme on n'en fera pleut-être plus. Ou bien il faudrait donner moins d'importance à l'argent, la rentabilité. Voici un album de rock progressif, faut bien mettre des étiquettes mais il y a de tout, du "rock prog" bien sûr mais aussi du "free jazz", du classique, du planant. Les morceaux sont travaillés, architecturés, pensés, d'une musicalité sans faille et, surtout, d'une originalité étonnante. Une production inenvisageable, impensable aujourd'hui.

L'album commence par quelques notes de contrebasse avec archer, puis des flûtes, piano, une basse pour la rythmique, une guitare classique, une voix lyrique pour glisser doucement vers des guitares saturées façons hard rock, un saxo forté puis tout en douceur, un mellotron qui ronronne tel un moteur d'avion entendu de très loin, un chanteur avec une voix chaude, etc... La face 1 est tout simplement magnifique, sublime, innovante, créative...

P1080175

L'autre côté du vinyl est, quant à lui, tout simplement époustouflant. Il commence par un morceau de rock des plus classiques dans le progressif. Puis, tout de suite après, nous avons un titre carrément classique avec orchestre de chambre à cordes et flûtes de différents tons. Enfin, le chef d'oeuvre absolu de la musique planante, le morceau titre de l'album : "Islands". Voix suave, tempo lent, trompette, hautbois, mellotron, percussions fines, mélodie agréable. Il ne reste plus qu'à fermer les yeux, ouvrir les oreilles et se laisser bercer.

Bon, vous l'avez compris : j'aime beaucoup cet album. J'ai toujours été étonné que le monde de la musique rock n'en ait pas parlé plus que ça. On trouve souvent les pépites au fond des rivières. Ce doit être le cas pour cet album. Il est vrai que je l'ai déniché au fond d'un bac chez un vieux disquaire de quartier.

Alors voilà, je n'ai pas trouvé d'extraits sur Deezer (ce qui ne m'étonne pas vraiment. Ils ne connaissent pas les fonds chez eux). Je vous offre donc 2 titres du disque en fichier MP3, 128 kb avec , en prime, les craquements authentiques du vinyl. La galette vinylisé a, quand même, plus de 30 ans. (en espérant que les "droits d'auteur" seront cool. Enfin... On verra.)

Premier extrait : Face 1, titre 1 : Formentera lady

Deuxième extrait : Face 2, Titre 3 : Islands

P1080179

Voilà, j'espère que vous avez passé un bon moment.

King Crimson "Islands" 1971

Face 1:

1 : Formentera lady 9'55"

2 : Sailor's tale 7'20"

3 : The letters 4'25"

Face 2 :

1 : Ladies of the road 5'29"

2 : Prelude : songs of the gulls 4'14

3 : Islands 9'14"

LA PETITE HISTOIRE :

Lorsque j'ai découvert "Islands", vers 15 ou 16 ans, j'écoutais le disque dans ma chambre de "garçonnet". Le volume à fond de la chaine Hi-fi, bien évidemment. Ma mère débarquait alors, les sourcils en accent circonflexe, légèrement ironique, elle ouvrait la porte de ladite chambre et me lançait : "Mais qu'est-ce que c'est que cette musique d'enterrement ?"

Plus tard, ma première copine, qui était musicienne, disait : "Mais qu'est-ce que c'est que cette musique dissonante ?"

J'ai toujours tenu bon.

king crimson album Islands rock progressif robert fripp

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Nadine (site web) 11/07/2014

Ben moi j'aime bien

Réponse de Phil :
Vi, moi aussi. C'est l'un de mes disques préférés.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site